Fundsmith SICAV – Fundsmith Equity Fund
€61.89 T Class Acc, 22 Feb 24
Back to news

L'Echo - Terry Smith (Fundsmith Equity): "Interest rates? Companies are our focus"

Back to news

The original version of this article appeared in French and it is copied below the English transltion: 

 

Terry Smith is considered the "European Warren Buffett"

For managers like Terry Smith, who invests in growth stocks, the sharp increase in the long-term rate is bad news. But this does not demoralize him: "We are not here to wonder what will happen with rates. What matters to us are companies."

Terry Smith has been managing the international equity fund Fundsmith Equity since 2010. With an average return of 15.1% per year since its creation, he has not stolen his title of "European Warren Buffett". As a general rule, the fund beats passive investors who have opted for an index fund by four percentage points each year. And every year until 2021, Smith also significantly outperformed the market. But he keeps his feet on the ground. "Inevitably, there will be a time when we do less well. But even if this happens, I will not change my strategy, "he said in 2020 in an interview with the editorial staff.

This moment seems to have come: in 2022 and in the first months of 2023, the fund - which now has €25 billion in assets under management - does less well than the overall stock index. The person in charge? The sharp rise in interest rates. But Smith, whose counter has nearly 50 years of stock market experience, kept his word.

In recent months, long-term interest rates have risen a lot. To what extent has this increase impacted your fund?

When rates rise, as has been the case in the last 21 months, the valuation of shares decreases. And as the shares of our fund have an above-average valuation, the impact of this increase on our fund is greater. We knew that this would eventually happen.

"The concept of greedflation is absurd. The goal of companies is to make a profit."

TERRY SMITH

But we are not an asset manager who tries to predict rate fluctuations or navigate macroeconomic movements. We take care exclusively of companies. We wonder if the generation of cash flow is sustainable and if the company mobilizes its capital efficiently. That's what matters to us.

In recent months, companies have been singled out for another macro-economic parameter, inflation. They are accused of fuelling inflation by increasing their prices more than their costs increase. Have you noticed this "greedflation" in the companies you follow?

It is totally absurd to point the finger at companies and look for the solution to inflation. I read that the Canadian government had contacted supermarket management to try to convince them to stabilize food prices. And, if they do not comply, they will be taxed more heavily.

Let's see, I don't know what world our governments live in, but the operating model of companies is to earn money. This is their goal. If they are faced with rising input costs, they must try to pass it on to their selling prices. It's as simple as that. Governments are mistaken if they think they can control inflation by attacking companies.

"Governments had better ask themselves what is the real cause of inflation and tackle it."

TERRY SMITH

In the 1970s, when inflation was 24%, the British government tried to introduce a price/income policy. It has set up a control system to prevent companies from raising their prices and measures have been taken to control wage increases. We know today that this system has failed. This type of measure cannot succeed. Governments had better ask themselves what is the real cause of inflation and tackle it. For my part, I see two explanations for this inflationary surge. First of all, there is the monetary policy - too flexible - of central banks. Then, the war in Ukraine. The reality is that it will take so long for inflation to be controlled again. And there is no miracle cure. Everyone will suffer the consequences. When I buy Magnums, I see that there are only three left in the box instead of four.

Savers also suffer from high inflation, because it is more difficult to obtain a positive real return in this context.

When inflation reaches 6 or 7%, everyone loses. The goal is therefore to lose as little as possible. Those who, like us, invest in companies that have a return on investment capital (ROIC) of 30%, lose less money. In nominal terms, this 30% profit represents only 24% after inflation, but it is still much better than the average results of companies included in the indices that start with returns of 18%. Or those that start with a ratio of 10, which is the case of value stocks such as banks.

Despite the negative impact of the long-term rate, major stock indices such as the S&P500 are resisting relatively well, especially thanks to the "Magnificent 7", the major American technology companies that are surfing the potential of artificial intelligence (AI). Do you think that these valuations are justified?

I think everyone is convinced that AI will fundamentally change our lives. But the rules of the game will be the same for everyone since we will all have access to them.

"Investors must ask themselves the question of the performance of AI. And, in this regard, I remain cautious."

TERRY SMITH

We will thus find ourselves in a situation that Warren Buffett once described using the metaphor of a sports competition. The stadium is full and the match arrives in an exciting phase where a player is penalized and sent back to the bench. The first row of spectators then rises, followed by the second row, etc. until the entire stadium is standing. Everyone can then see everything again, but in a less comfortable position.

Investors must ask themselves the question of the return of AI. And, on this level, I remain careful. It will create value, but will also destroy it. I think it's too early to know who the winners and losers will be. Nvidia, the American chip designer, is certainly considered a winner today, but do not forget that in the past the group has already experienced two periods during which the stock has plunged by 80%.

Nvidia is not part of your fund. Is it because you think it is too early to know if she will be one of the AI winners or because you find the stock too expensive?

Maybe a little both. The company trades at a price/profit ratio greater than 100. I doubt that she will be able to justify this valuation. In the past, Nvidia has managed to transform itself in depth twice. It started in the gaming sector and then went to cryptocurrencies, which means that the company has shown enough flexibility to navigate in a rapidly changing environment, but there is no guarantee that it can continue like this.

"Those who are willing to take this geopolitical risk have an interest in buying a stock at 15 times the profits (Taiwan Semiconductor) rather than another with a price/profit ratio above 100 (Nvidia).

And there is another problem with Nvidia. The company designs chips, but does not produce them. It subcontracts production to Taiwan Semiconductor, which trades at 15 times its profits. And there are several reasons for this: the first is that the production of electronic chips is more capital-intensive than their design. But the main reason is at the level of geopolitical risk. We could wake up one morning and discover that China has invaded Taiwan. In this case, where will Nvidia be able to have its chips manufactured? Those who are willing to take this geopolitical risk have an interest in buying a stock at 15 times the profit rather than another with a price/profit ratio of more than 100.

Can you explain why the company IDEXX, which produces veterinary diagnostic equipment, is in the top 10 of your fund?

The company found itself in our top 10 thanks to its excellent results. IDEXX is by far the market leader in veterinary blood, urine, etc. tests.

"I believe in the enormous potential of everything related to pets."

TERRY SMITH

 Why this company? Because I believe in the enormous potential of everything related to pets. More and more people have an animal and these are increasingly treated by veterinarians. When I was a child, people went to the veterinarian twice. At the time of the animal's birth and to euthanize it at the end of life. Today, they go there more often. This is an inevitable trend that will continue.

IDEXX should benefit from this evolution and there is a simple explanation for this. Diagnostic equipment plays a more important role in animals, because they cannot speak. So they can't explain where they hurt or how they feel. IDEXX has a market share of 75 to 80% in the diagnostic equipment segment. I expect the company to experience double-digit growth in the coming years. And if we meet again in 20 years, I may hold the same language.

What is the position of your fund that goes the most against the current of the market?

It is probably tobacco producer Philip Morris. The company is still active in tobacco, but it wants to eradicate smoking by developing new products. I am always attracted to companies that create products to eliminate their own products. Philip Morris has developed a range of electronic devices - IQOS - that heat tobacco without burning it. Therefore, they do not generate smoke. They produce a kind of aerosol that contains nicotine instead of smoke. They are therefore 95% safer than cigarettes. And so I think this is an important step towards the eradication of classic smoking. IQOS already represents 25 to 30% of Philip Morris' turnover and continues to grow. The company uses the cash produced by the traditional tobacco industry to develop this new product.

You do not invest in the financial sector. Do you invest in real estate, another sector sensitive to interest rates?

No, we do not invest in this asset class. Real estate generates rental income, but its value does not increase, because rents are not reinvested in new buildings. In a company, half of the cash flows produced are reinvested, which is why shares gain value and real estate does not take it.

"Real estate is a good investment to live or work there, but not as an investment. I leave this to the other investors."

TERRY SMITH

In addition, it is a very local product. If you own real estate in Singapore, the United States or the United Kingdom, you depend on the country's geopolitics, macro-economy and foreign exchange risk. In addition, transaction fees are very high when buying or selling a building. Finally, there is the liquidity problem. With shares, it is possible to sell quickly to recover your money, which is not the case with real estate. Real estate is a good investment to live or work there, but not as an investment. I leave this to the other investors.

An action shines by its absence in your wallet: Tesla, the manufacturer of electric cars. Why?

We do not consider the automotive sector to be interesting. The average return on capital is around 5 to 6%. Even among major manufacturers such as BMW and Toyota, yields are barely higher. The problem with cars is that it is possible to extend their life during difficult times. This is not the case with toothpaste or cosmetic products which, when consumed, must be replaced. But if your car can continue to run and you can't afford a new one, you continue with the old one. My taxi driver had a Toyota that displayed 360,000 km on the meter when he died. And his son continues to drive with the car. I don't think Toyota has made a lot of money with this car, except perhaps for the occasional replacement of the oil filter.

"The performance of a car manufacturer is determined by competitors whose yields are low. You are governed by your competitors."

TERRY SMITH

I know it's different with Tesla and that the brand is growing rapidly. But honestly, I don't think it's a good investment. Many observers think it will benefit from the shift from fossil fuels to electricity, but I don't believe it. Thermal engines are very efficient. I don't think recharging a car battery and transporting stored energy is so efficient. Electricity is produced, most often from fossil energy, and transported via cables, losing part of the energy. This energy is stored in a battery made from rare metals that must be extracted and then eliminated. Finally, recharging the batteries takes a lot of time.

I think that the hydrogen-based fuel cell, which is a form of combustion, is a more efficient technology. The car is loaded with hydrogen. It is burned, produces water and drives an electric motor. The disadvantage of this technology compared to electric vehicles is that there is no infrastructure today.

In any case, I do not consider the automotive industry interesting for an investor. The problem is that the performance of a car manufacturer is determined by competitors whose returns are low. You are governed by your competitors.

Your fund is an exception in that it does better in the long term than global stock indices. But given that the majority of active funds do less well than the index, why should investors still invest in actively managed funds?

In the majority of cases, they must not invest in it.

"In the majority of cases, investors have an interest in opting for passive funds."

TERRY SMITH

It is better to opt for passive funds. It is very difficult to regularly outperform the market. If you still opt for active funds, you must look at the results over a sufficiently long period of time and compare them to the risk taken. This is very important.

Many observers believe that it is easy to invest passively, but what do you think of the incredible increase in the number of ETFs?

It is the same with the acronym ESG (Environment, Society and Governance, which is the generic term for sustainable investments, editor's note). People discovered that there was money to be earned with ETFs and therefore their number increased.

 

BIO: Terry Smith

  • Born on May 15, 1953.
  • Studied history at University College in Cardiff and holds an MBA from Management College.
  • Worked successively for Barclays (1974-1983), Greenwell & Co (1984-1990), UBS (1990-1992) and Collins Stewart (1992-2010), where he was appointed CEO and Chairman of the Board of Directors. He also worked for broker Tullett Prebon (2003-2014) as CEO.

 

 

Original article: 

Terry Smith (Fundsmith Equity): "Les taux d'intérêt? Ce sont les entreprises notre focus"

Terry Smith est considéré comme le "Warren Buffett européen"

Pour les gestionnaires comme Terry Smith, qui investit dans les actions de croissance, la forte hausse du taux à long terme est une mauvaise nouvelle. Mais cela ne le démoralise pas: "Nous ne sommes pas là à nous demander ce qui se passera avec les taux. Ce qui compte pour nous, ce sont les entreprises."

Terry Smith gère depuis 2010 le fonds d’actions internationales Fundsmith Equity. Avec un rendement moyen de 15,1% par an depuis sa création, il n’a pas volé son titre de "Warren Buffett européen". En règle générale, le fonds bat chaque année de quatre points de pourcentage les investisseurs passifs ayant opté pour un fonds indiciel. Et chaque année jusqu’en 2021, Smith a également nettement surperformé le marché. Mais il garde les pieds sur terre. "Inévitablement, il y a aura un moment où nous ferons moins bien. Mais même si cela arrive, je ne changerai pas de stratégie", a-t-il déclaré en 2020 dans une interview avec la rédaction.

Ce moment semble d’ailleurs arrivé: en 2022 et au cours des premiers mois de 2023, le fonds – qui comptabilise aujourd’hui 25 milliards d’euros d’actifs sous gestion – fait moins bien que l’indice global des actions. Le responsable? La forte hausse des taux d’intérêt. Mais Smith, dont le compteur affiche près de 50 ans d’expérience boursière, a tenu parole.

Ces derniers mois, les taux d'intérêt à long terme ont beaucoup augmenté. Dans quelle mesure cette hausse a-t-elle impacté votre fonds?

Lorsque les taux montent, comme ce fut le cas ces 21 derniers mois, la valorisation des actions baisse. Et comme les actions de notre fonds ont une valorisation supérieure à la moyenne, l’impact de cette hausse sur notre fonds est plus important. Nous savions que cela finirait par arriver.

"Le concept de greedflation est absurde. L’objectif des entreprises consiste à faire du profit."

TERRY SMITH

Mais nous ne sommes pas un gestionnaire patrimonial qui tente de prédire les fluctuations de taux ni de naviguer sur les mouvements macro-économiques. Nous nous occupons exclusivement des entreprises. Nous nous demandons si la génération de cash-flow est pérenne et si l’entreprise mobilise ses capitaux de façon efficace. C’est ce qui compte pour nous.

Ces derniers mois, les entreprises ont été montrées du doigt pour un autre paramètre macro-économique, l’inflation. Elles sont accusées d’alimenter l’inflation en augmentant leurs prix davantage que la hausse de leurs coûts. Avez-vous constaté cette "greedflation" dans les entreprises que vous suivez?

Il est totalement absurde de pointer du doigt les entreprises et d’y chercher la solution à l’inflation. J’ai lu que le gouvernement canadien avait contacté le management des supermarchés pour tenter de les convaincre de stabiliser le prix des denrées alimentaires. Et, s’ils n’obtempèrent pas, ils seront plus lourdement taxés.

Voyons, je ne sais pas dans quel monde nos gouvernements vivent, mais le modèle d’exploitation des entreprises consiste à gagner de l’argent. C’est leur objectif. Si elles sont confrontées à la hausse des coûts des intrants, elles doivent essayer de la répercuter sur leurs prix de vente. C’est aussi simple que cela. Les gouvernements se trompent s’ils pensent pouvoir maîtriser l’inflation en s’attaquant aux entreprises.

"Les gouvernements feraient mieux de se demander quelle est la réelle cause de l’inflation et de s’y attaquer."

TERRY SMITH

Dans les années 1970, lorsque l’inflation était de 24%, le gouvernement britannique a essayé d’introduire une politique prix/revenus. Il a mis en place un système de contrôle pour éviter que les entreprises augmentent leurs prix et des mesures ont été prises pour contrôler les hausses salariales. Nous savons aujourd’hui que ce système a échoué. Ce type de mesure ne peut pas réussir. Les gouvernements feraient mieux de se demander quelle est la réelle cause de l’inflation et de s’y attaquer. Pour ma part, je vois deux explications à cette flambée inflationniste. Tout d’abord, il y a la politique monétaire – trop souple – des banques centrales. Ensuite, la guerre en Ukraine. La réalité est qu’il faudra aussi longtemps pour que l’inflation soit à nouveau maîtrisée. Et il n’y a pas de remède miracle. Tout le monde en subira les conséquences. Quand j’achète des Magnums, je constate qu’il n’y en a plus que trois dans la boîte au lieu de quatre.

Les épargnants souffrent aussi de l’inflation élevée, car il est plus difficile d’obtenir un rendement réel positif dans ce contexte.

Lorsque l’inflation atteint 6 ou 7%, tout le monde perd. L’objectif consiste donc à perdre le moins possible. Ceux qui, comme nous, investissent dans des entreprises qui affichent un rendement sur capital investi (ROIC) de 30%, perdent moins d’argent. En termes nominaux, ces 30% de bénéfice ne représentent plus que 24% après inflation, mais c’est toujours beaucoup mieux que les résultats moyens des entreprises reprises dans les indices qui démarrent avec des rendements de 18%. Ou de celles qui démarrent avec un ratio de 10, ce qui est le cas des actions de valeur comme les banques.

Malgré l’impact négatif du taux à long terme, les grands indices d’actions comme le S&P500 résistent relativement bien, surtout grâce aux "Magnificent 7", les grandes sociétés technologiques américaines qui surfent sur le potentiel de l’intelligence artificielle (IA). Estimez-vous que ces valorisations soient justifiées?

Je pense que tout le monde est convaincu que l’IA changera fondamentalement nos vies. Mais les règles du jeu seront identiques pour tout le monde puisque nous y aurons tous accès.

"Les investisseurs doivent se poser la question du rendement de l’IA. Et, sur ce plan, je reste prudent."

TERRY SMITH

Nous nous retrouverons ainsi dans une situation que Warren Buffett a un jour décrite à l’aide de la métaphore d’une compétition sportive. Le stade est complet et le match arrive dans une phase excitante où un joueur est pénalisé et renvoyé sur le banc. Le premier rang des spectateurs se lève alors, suivi par le second rang, etc. jusqu’à ce que tout le stade soit debout. Tout le monde peut alors à nouveau tout voir, mais dans une position moins confortable.

Les investisseurs doivent se poser la question du rendement de l’IA. Et, sur ce plan, je reste prudent. Elle créera de la valeur, mais en détruira également. J’estime qu’il est trop tôt pour savoir qui seront les gagnants et les perdants. Nvidia, le concepteur américain de puces, est certes considéré aujourd’hui comme un gagnant, mais n’oubliez pas que dans le passé le groupe a déjà connu deux périodes au cours desquelles l’action a plongé de 80%.

Nvidia ne fait pas partie de votre fonds. Est-ce parce que vous estimez qu’il est trop tôt pour savoir si elle fera partie des gagnants de l’IA ou parce que vous trouvez l’action trop chère?

Peut-être un peu les deux. L’entreprise se négocie à un ratio cours/bénéfice supérieur à 100. Je doute qu’elle soit en mesure de justifier cette valorisation. Dans le passé, Nvidia a réussi à deux reprises à se transformer en profondeur. Elle a commencé dans le secteur du gaming pour ensuite passer aux cryptodevises, ce qui signifie que l’entreprise a fait preuve de suffisamment de flexibilité pour naviguer dans un environnement en évolution rapide, mais il n’y a aucune garantie qu’elle puisse continuer ainsi.

"Ceux qui sont prêts à prendre ce risque géopolitique ont intérêt à acheter une action à 15 fois les bénéfices (Taiwan Semiconductor) plutôt qu’une autre dont le ratio cours/bénéfice est supérieur à 100 (Nvidia).

Et il y a un autre problème avec Nvidia. L’entreprise conçoit des puces, mais ne les produit pas. Elle sous-traite la production à Taiwan Semiconductor, qui se négocie à 15 fois ses bénéfices. Et il y a plusieurs raisons à cela: la première est que la production de puces électroniques est plus gourmande en capitaux que leur conception. Mais la principale raison se situe au niveau du risque géopolitique. Nous pourrions nous réveiller un matin et découvrir que la Chine a envahi Taïwan. Dans ce cas, où Nvidia pourra-t-elle faire fabriquer ses puces? Ceux qui sont prêts à prendre ce risque géopolitique ont intérêt à acheter une action à 15 fois les bénéfices plutôt qu’une autre dont le ratio cours/bénéfice est supérieur à 100.

Pouvez-vous expliquer pourquoi l’entreprise IDEXX, qui produit des équipements de diagnostic vétérinaire fait partie du top 10 de votre fonds?

L’entreprise s’est retrouvée dans notre top 10 grâce à ses excellents résultats. IDEXX est de loin le leader du marché des analyses sanguines, d’urine, etc. vétérinaires.

"Je crois à l’énorme potentiel de tout ce qui touche aux animaux de compagnie."

TERRY SMITH

Pourquoi cette entreprise? Parce que je crois à l’énorme potentiel de tout ce qui touche les animaux de compagnie. De plus en plus de personnes ont un animal et ceux-ci sont de plus en plus souvent soignés chez les vétérinaires. Lorsque j’étais enfant, les gens se rendaient deux fois chez le vétérinaire. Au moment de la naissance de l’animal et pour l’euthanasier en fin de vie. Aujourd’hui, ils s’y rendent plus souvent. C’est une tendance inévitable qui va se poursuivre.

IDEXX devrait profiter de cette évolution et il y a une explication simple à cela. Le matériel de diagnostic joue un rôle plus important chez les animaux, car ils ne peuvent pas parler. Ils ne peuvent donc pas expliquer où ils ont mal ni ce qu’ils ressentent. IDEXX détient une part de marché de 75 à 80% dans le segment du matériel de diagnostic. Je m’attends à ce que l’entreprise connaisse une croissance à deux chiffres au cours des années à venir. Et si nous nous rencontrons à nouveau dans 20 ans, je tiendrai peut-être le même langage.

Quelle est la position de votre fonds qui va le plus à contre-courant du marché?

C’est probablement le producteur de tabac Philip Morris. L’entreprise est encore active dans le tabac, mais elle souhaite éradiquer le tabagisme en développant de nouveaux produits. Je suis toujours attiré par les entreprises qui créent des produits destinés à éliminer leurs propres produits. Philip Morris a développé une gamme d’appareils électroniques – IQOS – qui chauffent le tabac sans le brûler. Par conséquent, ils ne génèrent pas de fumée. Ils produisent une sorte d’aérosol qui contient de la nicotine au lieu de fumée. Ils sont donc 95% plus sûrs que les cigarettes. Et donc je pense qu’il s’agit d’un pas important vers l’éradication du tabagisme classique. IQOS représente déjà de 25 à 30% du chiffre d’affaires de Philip Morris et continue à se développer. L’entreprise utilise la trésorerie produite par l’industrie du tabac traditionnel pour développer ce nouveau produit.

Vous n’investissez pas dans le secteur financier. Investissez-vous dans l’immobilier, un autre secteur sensible aux taux d'intérêt?

Non, nous n’investissons pas dans cette classe d’actif. L’immobilier génère des revenus locatifs, mais sa valeur n’augmente pas, car les loyers ne sont pas réinvestis dans de nouveaux immeubles. Dans une entreprise, la moitié des cash-flows produits sont réinvestis, c’est pourquoi les actions prennent de la valeur et l’immobilier n’en prend pas.

"L’immobilier est un bon placement pour y habiter ou y travailler, mais pas comme investissement. Je laisse cela aux autres investisseurs."

TERRY SMITH

Par ailleurs, c’est un produit très local. Si vous possédez de l’immobilier à Singapour, aux États-Unis ou au Royaume-Uni, vous dépendez de la géopolitique, de la macro-économie et du risque de change du pays. En outre, les frais de transaction sont très élevés lors de l’achat ou de la vente d’un immeuble. Enfin, il y a le problème de liquidité. Avec des actions, il est possible de vendre rapidement pour récupérer son argent, ce qui n’est pas le cas de l’immobilier. L’immobilier est un bon placement pour y habiter ou y travailler, mais pas comme investissement. Je laisse cela aux autres investisseurs.

Une action brille par son absence dans votre portefeuille: Tesla, le constructeur de voitures électriques. Pourquoi?

Nous ne considérons pas le secteur automobile comme intéressant. Le rendement moyen des capitaux se situe aux alentours de 5 à 6%. Même chez les grands constructeurs comme BMW et Toyota, les rendements sont à peine plus élevés. Le problème avec les voitures est qu’il est possible de prolonger leur durée de vie lors des périodes difficiles. Ce n’est pas le cas du dentifrice ou des produits cosmétiques qui, lorsqu’ils ont été consommés, doivent être remplacés. Mais si votre voiture peut continuer à rouler et que vous n’avez pas les moyens de vous en offrir une nouvelle, vous continuez avec l’ancienne. Mon chauffeur de taxi avait une Toyota qui affichait 360.000 km au compteur lorsqu’il est décédé. Et son fils continue à rouler avec la voiture. Je ne pense pas que Toyota ait gagné beaucoup d’argent avec cette voiture, sauf peut-être pour le remplacement occasionnel du filtre à huile.

"Le rendement d’un constructeur automobile est déterminé par les concurrents dont les rendements sont faibles. Vous êtes gouverné par vos concurrents."

TERRY SMITH

Je sais que c’est différent avec Tesla et que la marque connaît une croissance fulgurante. Mais honnêtement, je ne pense pas que ce soit un bon investissement. De nombreux observateurs pensent qu’elle profitera du basculement des carburants fossiles vers l’électricité, mais je n’y crois pas. Les moteurs thermiques sont très efficaces. Je ne pense pas que le rechargement d’une batterie de voiture et le transport de l’énergie stockée soient tellement efficients. On produit de l’électricité, le plus souvent à partir d’énergie fossile, et on la transporte via des câbles en perdant une partie de l’énergie. On stocke cette énergie dans une batterie fabriquée à partir de métaux rares qui doivent être extraits et ensuite éliminés. Enfin, le rechargement des batteries prend beaucoup de temps.

Je pense que la pile à combustible à base d’hydrogène, qui est une forme de combustion, est une technologie plus performante. La voiture est chargée avec de l’hydrogène. Celui-ci est brûlé, produit de l’eau et entraîne un moteur électrique. L’inconvénient de cette technologie par rapport aux véhicules électriques est qu’il n’existe aujourd’hui aucune infrastructure.

Quoi qu’il en soit, je ne considère pas l’industrie automobile comme intéressante pour un investisseur. Le problème est que le rendement d’un constructeur automobile est déterminé par les concurrents dont les rendements sont faibles. Vous êtes gouverné par vos concurrents.

Votre fonds représente une exception en ce sens qu’il fait mieux à long terme que les indices mondiaux d’actions. Mais vu que la majorité des fonds actifs fait moins bien que l’indice, pourquoi les investisseurs devraient-ils encore investir dans des fonds gérés activement?

Dans la majorité des cas, ils ne doivent en effet pas y investir.

"Dans la majorité des cas, les investisseurs ont intérêt à opter pour des fonds passifs."

TERRY SMITH

Il vaut mieux opter pour des fonds passifs. Il est très difficile de surperformer régulièrement le marché. Si vous optez tout de même pour des fonds actifs, vous devez examiner les résultats sur une période suffisamment longue et les comparer au risque pris. C’est très important.

De nombreux observateurs estiment qu’il est facile d’investir passivement, mais que pensez-vous de l’incroyable augmentation du nombre d’ETF?

C’est la même chose avec l’acronyme ESG (Environnement, Société et Gouvernance, qui est le terme générique pour les investissements durables, NDLR). Les gens ont découvert qu’il y avait de l’argent à gagner avec les ETF et donc leur nombre a augmenté.

BIO: Terry Smith

  • Né le 15 mai 1953.
  • A étudié l’histoire au University College à Cardiff et détient un MBA du Management College.
  • A travaillé successivement pour Barclays (1974-1983), Greenwell & Co (1984-1990), UBS (1990-1992) et Collins Stewart (1992-2010), où il a notamment été nommé CEO et président du conseil d’administration. Il a également travaillé pour le courtier Tullett Prebon (2003-2014) en tant que CEO.
  • En 2010, il a fondé Fundsmith et gère le fonds Fundsmith Equity.

 

©Mediafin

This article is reproduced with the publisher’s authorization. All rights reserved. Any further use (reproduction, …), is subject to prior specific authorization from the rights management company Copiepresse : info@copiepresse.be”